• ♥ Bonjour ♥

     

     

    Romance.

    Dansez, fillettes du village,

    Chantez vos doux refrains d'amour .

    Trop vite, hélas ! un ciel d'orage

    Vient obscurcir le plus beau jour.

     

    Romance.♥

    Romance.♥ 

    En vous voyant, je me rappelle

    Et mes plaisirs et mes succès .

    Comme vous, j'étais jeune et belle,

    Et, comme vous, je le savais.

    Soudain ma blonde chevelure

    Me montra quelques cheveux blancs.

    j'ai vu, comme dans la nature,

    L'hiver succéder au printemps.

    Romance.♥ 

    Romance.♥ 

    Dansez, fillettes du village,

    Chantez vos doux refrains d'amour ;

    Trop vite, hélas !

    Un ciel d'orage vient obscurcir le plus beau jour. 

    Romance.♥

     

     

    Naïve et sans expérience,

    D'amour je crus les doux serments,

    Et j'aimais avec confiance...

    On croit au bonheur à quinze ans !

    Une fleur, par Julien cueillie,

    Était le gage de sa foi .

    Mais, avant qu'elle fût flétrie,

    L'ingrat ne pensait plus à moi. 

     

    Romance.♥

     

    Dansez, fillettes du Village,

    Chantez vos doux refrains d'amour 

    Trop vite, hélas ! un ciel d'orage

    Vient obscurcir le plus beau jour.

    Romance.♥ 

    À vingt ans, un ami fidèle

    Adoucit mon premier chagrin 

    J'étais triste, mais j'étais belle,

    Il m'offrit son cœur et sa main.

    Trop tôt pour nous vint la vieillesse 

    Nous nous aimions, nous étions vieux.

    La mort rompit notre tendresse...

    Mon ami fut le plus heureux !

     

    Romance.♥ 

    Dansez, fillettes du village,

    Chantez vos doux refrains d'amour .

    Trop vite, hélas ! un ciel d'orage

    Vient obscurcir le plus beau jour.

    Romance.♥ 

    Pour moi, n'arrêtez pas la danse .

    Le ciel est pur, je suis au port,

    Aux bruyants plaisirs de l'enfance

    La grand-mère sourit encore.

    Que cette larme que j'efface

    N'attriste pas vos jeunes cœurs .

    Le soleil brille sur la glace,

    L'hiver conserve quelques fleurs. 

    Romance.♥ 

    Dansez, fillettes du village,

    Chantez vos doux refrains d'amour,

    Et, sous un ciel exempt d'orage,

    Embellissez mon dernier jour !

    Sophie D'Arbouville.

     

    Romance.♥

    Bonne et douce journée a vous.

    Romance.♥

     


    1 commentaire
  •  

    Vœu.

     

    Si j’étais la feuille que roule

     

    L’aile tournoyante du vent,

     

    Qui flotte sur l’eau qui s’écoule

     

    Et qu’on suit de l’oeil en rêvant

     

     Je me livrerais, fraîche encore

    De la branche me détachant

     

    Au zéphyr qui souffle à l’aurore

     

    Au ruisseau qui vient du couchant

     

    Plus loin que le fleuve, qui gronde

     

    Plus loin que les vastes forêts

     

    Plus loin que la gorge profonde

     

    Je fuirais, je courrais, j’irais 

     

    Plus loin que l’antre de la louve

     

    Plus loin que le bois des ramiers

     

    Plus loin que la plaine où l’on trouve

     

    Une fontaine et trois palmiers 

    Par delà ces rocs qui répandent

     

    L’orage en torrent dans les blés

     

    Par delà ce lac morne, où pendent

     

    Tant de buissons échevelés 

     

    Plus loin que les terres arides

     

    Du chef maure au large ataghan,

     

    Dont le front pâle a plus de rides

     

    Que la mer un jour d’ouragan.

     

    Je franchirais comme la flèche

     

    L’étang d’Arta, mouvant miroir

     

    Et le mont dont la cime empêche

     

    Corinthe et Mykos de se voir

     

    Comme par un charme attirée

     

    Je m’arrêterais au matin

     

    Sur Mykos,la ville carrée

     

    La ville aux coupoles d’étain.

    Voeu.

    J’irais chez la fille du prêtre

     

    Chez la blanche fille à l’oeil noir

     

    Qui le jour chante à sa fenêtre

     

    Et joue à sa porte le soir

     

    Enfin, pauvre feuille envolée

     

    Je viendrais, au gré de mes vœux

     

    Me poser sur son front

    Mêlée aux boucles de ses blonds cheveux .

     

    Voeu.

    Comme une perruche au pied leste

     

    Dans le blé jaune, ou bien encore

     

    Comme, dans un jardin céleste

     

    Un fruit vert sur un arbre d’or

     

    Et là, sur sa tête qui penche

     

    Je serais, fût-ce peu d’instants

     

    Plus fière que l’aigrette blanche

     

    Au front étoilé des sultans

     

    Victor Hugo.

     

    Bonne journée.

     

    Voeu.

     


    3 commentaires
  • Matin d'Octobre.

     

    Matin d'Octobre

    C'est l'heure exquise et matinale

    Que rougit un soleil soudain.

    A travers la brume automnale.

    Tombent les feuilles du jardin.

    Résultat de recherche d'images pour "centerblog poeme d'octobre"

    Leur chute est lente.

    On peut les suivre du regard en reconnaissant

    Le chêne à sa feuille de cuivre,

    Résultat de recherche d'images pour "image de chêne couleur cuivre"

    L'érable à sa feuille de sang.

    Image associée

    Les dernières, les plus rouillées,

    Tombent des branches dépouillées .

    Résultat de recherche d'images pour "image d'arbre denude"

    Mais ce n'est pas l'hiver encore.

    Une blonde lumière arrose

    La nature, et, dans l'air tout rose,

    On croirait qu'il neige de l'or.

    Image associée

    François Coppée.

     

    0_91.gif

    Bise .kettyn.

    Résultat de recherche d'images pour "centerblog poeme d'octobre"

     

     


    3 commentaires
  •  Résultat de recherche d'images pour "belle image animé de feuille d'automne"

     

    L’automne Salut !

    bois couronnés d’un reste de verdure !

    Feuillages jaunissants sur les gazons épars !

    Salut, derniers beaux jours !

    Le deuil de la nature convient à la douleur et plaît à mes regards !

     

    Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire, J’aime à revoir encore, pour la dernière fois, ce soleil pâlissant, dont la faible lumière perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

    Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire, a ses regards voilés, je trouve plus d’attraits, c’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

     

    Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie, pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui, Je me retourne encore, et d’un regard d’envie Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

    Terre, soleil, vallons, belle et douce nature, Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau , L’air est si parfumé! 

    La lumière est si pure !

    Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

    Je voudrais maintenant vider jusque à la lie ce calice mêlé de nectar et de fiel !

    Au fond de cette coupe où je buvais la vie, peut-être restait-il une goutte de miel ?

    Peut-être l’avenir me gardait-il encore un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?

    Résultat de recherche d'images pour "belle image d'automne avec un homme"

    Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ?

    La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire , a la vie, au soleil, ce sont là ses adieux .

    Image associée

    Moi, je meurs et mon âme, au moment qu’elle expire, S’exhale comme un son triste et mélodieux.

    Alphonse de Lamartine .

    Résultat de recherche d'images pour "belle image d'automne "

    Résultat de recherche d'images pour "belle image d'automne"

     

    L'Automne.

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    À  Aurore.

    La nature est tout ce qu’on voit

    Tout ce qu’on veut

    tout ce qu’on aime.

     

     

    Tout ce qu’on sait

    tout ce qu’on croit

    Tout ce que l’on sent en soi-même

    Elle est belle pour qui la voit.

     

    Elle est bonne à celui qui l’aime

    Elle est juste quand on y croit

    Et qu’on la respecte en soi-même.

    Regarde le ciel, il te voit

    Embrasse la terre, elle t’aime

    La vérité c’est ce qu’on croit.

     

    En la nature c’est toi-même

    George Sand.

     

     

    A Aurore.

     


    2 commentaires
  • L'amour caché.

    L'amour caché.

    Mon âme a son secret, ma vie a son mystère, un amour éternel en un moment conçu .

    L'amour caché.

    Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire, et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su.

     

    Hélas ! j'aurai passé près d'elle inaperçu, toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.

    L'amour caché.

    Et j'aurai jusqu'au bout fait mon temps sur la terre, n'osant rien demander et n'ayant rien reçu.

     

    L'amour caché.

    Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre, elle suit son chemin, distraite et sans entendre.

     

    L'amour caché.

    Ce murmure d'amour élevé sur ses pas.

    À l'austère devoir, pieusement fidèle, elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle .

     

    L'amour caché.

    Quelle est donc cette femme ,et ne comprendra pas.

    Félix Avers.

    L'amour caché.

    Bisous. Kettyn.


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires